Interview Transgrancanaria

Tout d'abord nous voulions vous féléiciter pour votre course .Il s'agissait de la 20 ème édition qui avait un plateau très relevé et le combat a été explosif.

Ugo Ferrari réussit à obtenir la 13 eme place au scratch et 3 eme -de 30ans en 15h:42min:19s

Aubin lui termine à la 25 eme place au scratch et 6 eme -de 30ans

-------------------------------

Comment s’est passé votre acclimatation sur l’ile Grande Canarie? 

Aubin

L’acclimatation s’est assez bien passée avec un footing directement à la descente de l’avion. La chaleur n’est pas étouffante, en revanche le vent nous assèche bien. Le lundi on a pris la pluie et le vent, pas top pour s’acclimater au chaud ! Les jours précédents la course ont été composés de petit footing, déblocage et surtout de beaucoup de repos. Avec un départ à 23h, il fallait emmagasiner du sommeil !

Ugo : 

Assez mal au début, à peine arrivé on a pris une averse pendant 1h dans un canyon venté ce qui ne nous a pas mis en confiance et n’a pas aidé le système respiratoire. Le reste de la semaine fut plutôt chaud donc bon avec de grandes sniffées d’huiles essentielles.

-------------------------------

Comment s’est passé votre course ? 

Aubin

Après un départ prudent, je me sentais vraiment bien autour de la 15ème place. J’avais l’impression d’être parti pour une sortie longue accompagnée de plein de personnes. Malheureusement la suite sera moins cool. Au but d’à peine 3h, j’ai envie de dormir, la frontale me sert la tête, et les jambes sont déjà dures, bref rien ne va… Je tiens bien mon top 15 jusqu’au km 75 et la montée au Roque Nublo. Là plus de son plus d’image, j’explose complètement et me demande comment je vais pouvoir finir… Les 42 derniers kilomètres je ne peux quasiment plus courir, le corps entier me fais mal, ce sera un long supplice pour rejoindre la ligne d’arrivée.

Ugo

Dans l’ensemble correct avec un départ idéal 5ème pendant 3-4h, une volonté de freiner pour en garder ensuite je me cale 8-10ème jusqu'à 10-11h de course. Quelques péripéties dans la jungle (je m’assomme avec une Aloe Vera, je perds une batterie de frontale en tombant, j’arrache mon carquois, je me perds un petit km …) et le final fut compliqué.

Je me suis rendu compte qu’il me manquait un peu d’entrainement à pied pour encaisser correctement les 30 derniers kilomètres.

-------------------------------

Est-ce que les chemins et les sentiers de la  transcanaria sont votre terrain de jeux habituel?

Aubin

L’ile de Grande Canarie est appelée « mini continent » car elle possède tout, niveau climat comme niveau terrain. La plupart des chemins sont assez caillouteux, et personnellement je n’aime pas trop ça. Chez moi, à l’entrainement j’ai plus l’habitude de chemin assez propre, avec racine et quelques cailloux tout de même, mais là au Canarie, il y avait trop de cailloux pour moi :

Ugo

Non pas du tout. Les montées ne sont jamais très raides il faut sans arrêt trottiner. Il y’a de longues portions roulantes qui me défavorisent car ma vitesse moyenne baisse vite.

-------------------------------

Quel a été le moment pendant la course qui t’a le plus marqué ?

Aubin

Dans un certain sens, le moment qui m’a le plus marqué est celui où je me suis pris un cactus ! Plus sérieusement c’est le moment où j’avais plus de son plus d’image, là j’ai su que je ne jouerai plus devant, et que j’allais me battre juste pour pouvoir finir. Pendant presque 30 minutes j’étais entre l’abandon où être finisher dans la souffrance. Heureusement la balance à basculé du bon côté, le mental a repris le dessus.

Ugo

Le passage à vide avant Fontanales. Je zigzaguais sur les chemins en me demandant si j’allais finir (on était au km40 !!!!). C’est à ce moment-là que Christopher Clemente, le 3ème, me double. Finalement sans paniquer, en se calmant, en buvant, en mangeant, c’est revenu 30’ – 1h après.

-------------------------------

Que pensez-vous de la course à posteriori ?

Aubin

Forcément un peu déçu. Pour moi la Transgrancanaria était vraiment l’objectif du début de saison. J’ai malheureusement eu pas mal de soucis durant la préparation, en arrivant sur l’ile je savais que je risquais d’être limite. Ma 32ème place est donc loin de mes attentes, mais j’aurais beaucoup appris, et surtout fier de m’être battu juste pour être finisher !

Ugo

Je pense qu’il me fallait attendre, rester avec le groupe Julien Chorier au début au lieu de faire des gros changements de rythme devant. J’aurai aimé Le retour d’Aubin mais hélas son erreur de parcours, avant le km50  en a décidé autrement.

-------------------------------

Comment a été l’ambiance ?

Aubin

L’ambiance au départ est vraiment bonne, nous partons sur la plage, c’est très sympa ! Par la suite, nous passons presque 9h de nuit, perdu dans la pampa donc forcément on est un peu seul. Même le début de journée, on est toujours dans des chemins en montagne, on ne croise vraiment pas grand monde, les ravitos font plaisirs car enfin on voit du monde ! Et la fin, que dire de la fin, on est là dans un canal séché, les gens se promène autour, on est rôti, l’impression d’être un animal au milieu d’un zoo

Ugo

Les Espagnols aiment le sport, il y’a du public assez souvent malgré un départ tardif (23h) et une île « sauvage » à traverser. C’est donc assez plaisant, même si on est loin de l’ambiance de l’UTMB, du Grand Raid ou même de Cap Town que j’ai découvert l’an passé.

-------------------------------

Quel est le programme des prochains jours et quel est votre prochaine course ?

Aubin

Les prochains jours vont être sur le thème de la récupération. Je pense reprendre tranquillement après 4 ou 5 jours OFF. J’irais peut-être au Ventoux mi-mars selon la récupération. Sinon ce sera une petite coupure pour reprendre du vrai volume en avril et préparer au mieux l’été !

Le prochain petit objectif sera le Trail Nivolet-Revard à la maison début mai, puis le 50km du Samoens Trail Tour mi-juin. L’été sera lui sous le signe de la borne plus que faire des courses, la prépa UTMB devrait être de toute beauté !

Ugo

Malgré une bonne crève attrapé là-bas, à faire le poète toute la nuit, j’ai assez bien récupéré, 3-4jours OFF suffiront pour « surfer » sur la vague jusqu’au Trail du Ventoux (20jours après).

J’avais remarqué ce regain de forme à S+3 après l’UTMB donc on va voir si cela se répète. Même si le Ventoux ne me correspond pas du tout.