Découvrez l'interview de Manon notre athlète savoyarde 

Quel a été ton parcours scolaire ?

Étudiant en quatrième années d’ostéopathie, c’est là que la passion du sport et du bien-être a commencé à venir petit à petit. En sortant du bac, je me suis directement orienté vers un métier qui visait à pouvoir aider les gens, tout en évitant la médecine moderne de nos jours : quoi de mieux que l’ostéopathie ! Une médecine manuelle de prévention au contact des patients, pile ce qui me fallait, moi qui suis plutôt manuelle et qui ne supporterai pas de devoir travailler derrière un bureau. J’ai appris la constitution de mon propre corps, ses muscles, ses nerfs, son fonctionnement et forcément ses besoins. « Le mouvement c’est la vie », petite doctrine ostéopathique . C’est de là que m’ai venu l’envie de donner à mon corps une meilleure hygiène de vie qui passait par l’alimentation mais évidemment aussi par le sport. 

Depuis quand pratiques-tu la course à pied , et comment as-tu découvert ce sport ?

C’est donc en 2017 que j’ai décidé de changer tout ça ! Je suis partie comme tous les novices m’inscrire dans une salle de sport, et j’ai commencé le tapis en salle : « rien de tel que le cardio pour perdre du poids » on disait dans le milieu ! Alors c’était parti, 4j/7 à la salle sur le tapis, en augmentant le temps et l’intensité d’entraînement au fur et à mesure. Je me suis renseigné grâce à des livres, internet, conférences, et j’ai appris à améliorer mon effort. Puis est venu le temps où le printemps est revenu, et où j’ai donc commencé à courir dehors dans les parcs. Ça a été la révélation. J’ai pris énormément de plaisir, comme une nouvelle découverte de ce sport, c’était devenu une passion. Je partais courir des que mon emploi du temps et la météo me le permettaient et j’ai eu l’idée de m’inscrire à un marathon, avec un ami, qui se déroulait 1 an après le début de mon entraînement à la course à pied. Pari fou ? Fallait tenter. Et c’est là que le vrai entraînement à commencer. 

Je me souviens le jour du départ du marathon. Levée à 5h du matin, avec la pluie. Motivation absente, mais j’étais quand même excité. Je me rends sur l’événement, toujours sous la pluie, dans ma bulle à me demander ce qui m’avait pris de vouloir courir 42 bornes. Dur de se motiver mais c’était le jour, Run In Lyon me voilà ! Je rejoins mon sas, je retrouve mon collègue et c’était parti. On commence, tout va bien, sous la pluie, je découvre des endroits de Lyon inconnus alors que j’y étudie depuis 4 ans. 15ekm, ça va, mon collègue part devant moi, et là je me dis que ça va vraiment être compliqué mentalement de finir la course seule. Je continue, je pense bien au ravitaillement, et je retrouve mon collègue en galère au 32ekm. Il reprend la course avec moi (j’étais contente qu’il soit en galère comme ça je ne finissais pas toute seule !). Je n’aurai jamais imaginé pouvoir ressentir une telle souffrance aux jambes. C’était hallucinant, comme si elles pesaient une centaines de kilos. Je me demandais comment j’allais pouvoir finir. Et puis on s’est vraiment entraidé, ça a été le moment de bonheur en voyant cette ligne d’arrivée avec ces gens qui tendaient la main pour nous féliciter et nous encourager pour les derniers mètres. Une victoire sur moi-même, une victoire mentale, que je n’oublierai jamais. Et qui ne m’a pas dégoûté de la course à pied bien au contraire. Je compte bien continuer à récupérer quelques médailles. 

J’ai aussi une autre passion sportive ,la randonnée. Habitant dans les montagnes, elles m’ont depuis toute gamine attirées. Je parcours ma région à la recherche des plus belles vues. Pour 2019 je me suis inscrite à mon premier trail de 20km, j’aimerai vraiment découvrir ce que peux apporter le partager de mes deux passions : la course à pied dans les montagnes. J’ai également le projet de faire l’ascension du Mont Blanc en été pour poursuivre ma passion de la montagne en hauteur, un sommet mythique de ma région. Un été bien chargé ! 

Quel est ton produit préféré chez Brubeck ?

Mon produit préféré chez Brubeck pour m’accompagner dans mes entraînements à été le Sweat-shirt Femme manches longues DRY. Une matière vraiment légère et agréable à porter, un maintien au sec lors de l’effort vraiment différent. Il convient même le matin avec une température un peu fraiche en début de printemps.