Découvrez l’interview de nos 3 athlètes qui étaient présent sur l’utmb et la TDS.

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

L’edition 2019 de l’utmb a été bonne pour toi ?

MELISSA

L’utmb a été une tres belle experience pour moi . Ce n’est pas souvent que j’ai l’occasion de courir contre d’autres jeunes de mon âge, làj’ai pu me confronter à des jeunes du monde entier. C’est une expérience à vivre au  moins une fois, et ne parlons pas de l’ambiance et des paysages qui etaient juste fantastiques.

UGO

Elle a été meilleure que celle de 2018, les choses étaient mieux prévues, la forme meilleure.

Maintenant le résultat n’est pas à la hauteur de l’investissement, mais le chemin parcouru est plus important, le résultat viendra de lui-même, dans un an, deux, trois …

C’est un 100 miles, on pense avoir tout prévu et … Non ! Il faut venir, revenir, re-revenir

AUBIN

L’édition 2019 de l’UTMB aura été compliquée pour moi. Tout d’abord avec un avant course compliqué et plusieurs blessures durant l’été.

J’arrive donc au départ de la course un peu dans l’inconnu au niveau de la forme. Je retrouve tous les copains au départ, sur la ligne, les doutes sont oubliés et c’est avec une grande motivation que je vais m’élancer sur la TDS, ses 145km et 9100D+ !

Finalement ma blessure va rapidement revenir, et je serais contraint à l’abandon au bout de 100km. 

On ne peut donc pas dire que ce fut une bonne édition pour moi.

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

Es-tu satisfait de ta course ?

Melissa

Je ne suis pas très satisfaite de ma course. Le prologue s’est bbien passé malgrès une chute. Le trail a été plus compliqué, de mauvaises sensations en montée qui ont rendu le temps plus long que prévu. Impossible de tenir un rythme correct.

UGO

En partie, il y’aura des choses à affiner, des ravitaillements à modifier, des temps de passage à revoir quelque peu, des fois une différence de « seulement cinq minutes sur une heure ou une heure trente de course peut avoir des répercussions trois heures plus tard. En bien, ou en mal !

Je suis déçu, un peu, mais une certaine réussite est là car je coupe tout de même la ligne, 33ème, en partant avec le dossard 99.

Benoit Cori est juste devant moi, Sébastien Camus juste derrière, eux aussi n’ont pas réalisé la course souhaitée, imaginée, mais ils ont également composé avec les problèmes rencontrés.

AUBIN

Dur d’être satisfait en abandonnant une course. Hormis la première montée où tous les voyants étaient au vert, ma blessure s’est réveillée dès la première descente. J’aurais par la suite passé plus de 10h à me battre avec moi-même pour essayer tant bien que mal de rejoindre la ligne, mais rien n’y aura fait.

La déception aura été d’autant plus grande qu’un ultra demande des mois d’entrainement, part en fumé trop rapidement.

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

      

Tu as été surpris par ton niveau ?

Melissa

Cela fait 2 ou 3 courses que les mêmes sensations reviennent , je crois qu’il est temps de prendre du repos..

UGO

Non je savais que j’étais très en forme, avec mon entraîneur nous réalisons dans les dernières semaines les mêmes séances clefs et par rapport à l’an passé, les progrès étaient indiscutables. Que ce soit sur du plat ou en descente.

Pour l’anecdote, une séance de trois fois quinze minutes réalisé l’an passé à quinze kilomètre heure l’a été cette fois ci à seize et demi.

En descente, pour les amoureux de « Strava », j’ai même pris quelques KOM, chose inédite chez moi.

AUBIN

Malheureusement oui, mais pas dans le bon sens…

Au vu des derniers entrainements, l’attente était grande, je savais que j’avais une carte à jouer. Mais, ma blessure m’aura totalement crispé et tétanisé les jambes. Un moment, je ne pouvais même plus les plier, donc oui j’ai vraiment été surprise par mon « non-niveau » du jour.

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

Tu garderas la meme prépa pour l’année prochaine ?

Melissa

Je me préparerai plus pour les motées raides et essaierai de faire des sorties à haute altitude n’étant pas habituée.

UGO

Dans les grandes lignes oui, après certaines séances de qualité vont se modifier un peu, voir s’adoucir. En débriefant, on a pu voir que le niveau de forme était peut être « trop » bon. Non pas que j’étais meilleur que tout le monde,mais plutôt qu’il y’avait eu un gros investissement pour grapiller un niveau physiologique élevé qui … finalement n’apas beaucoup servi.

Mieux vaut peut-être arrivé un poil « moins bon » mais en s’étant plus « économiser » à l’entraînement. Pour peut-être encore plus de fraîcheur.

AUBIN

L’année prochaine, je devrais être au départ de l’UTMB et non de la TDS. La prépa ressemblera forcément en termes de volume horaire, car pour préparer un ultra il n’y a pas de secret, il faut borner ! La différence devrait se faire au niveau du dénivelé. Cette année, j’avais vraiment mis l’accent sur le pur pentu à faire des allers-retours en bosse. L’année prochaine, l’entrainement devrait être plus complet, avec plus de « roulant » et un travail plus particulier sur les descentes.

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

Quel a été ton alimentation pendant la course ?

Melissa

Simplement  de l’eau car c’était des courtes distances ( 4*700 m et 16 km)

UGO

Je travaille avec Alain Roche d’Endur’Activ qui avait composé pour moi (et rendu accessible à l’ensemble des participants) un plan nutritionnel pour la course.

La diversité des barres (amandes, noix de cajou, compote de riz-banane, fruits) ne lassaient pas et aux ravitaillements je composais avec des réalisations personnelles (sushi salés, soupes, boulettes de pattes de dattes, noix de cajou, poudre de coco …)

Malheureusement, Alain suivant les athlètes qu’il coachait n’a pas surveillé mes apports aux ravitaillements et avec le recul j’ai parfois « trop » mangé et parfois « pas assez » ce qui m’a occasionné des hauts et des bas dans la course.

Les routes sont longues et compliqués pour suivre l’UTMB, on ne peut pas être partout, il faudra être plus précis en amont

AUBIN

Un bon burger et une bière pour s’hydrater ! Non plus sérieusement j’ai mis l’accent sur les protéines pour rester bien éveillé la nuit, donc en début de course. Par la suite j’essayais de trouver un équilibre entre glucides, lipides et protéines. Plusieurs erreurs auront été faites, et j’aurais énormément appris de cet ultra, j’espère que cela me servira par la suite !

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

L’ambiance était comment ?

Melissa

L’ambiance est magique sur toutes les course de l’utmb, il y a énormement de monde pour encourager au départ et à l’arrivvée. Le long du parcours on peut compter sur les nombreux  bénévoles et les randonneurs ainsi qu’entre coureurs.

UGO

Toujours autant incroyable, le public c’est que c’est LA course de l’année en ultra.

Les chiffres parlent d’eux mêmes : 75 personnes avec une côte ITRA supérieure à 800 contre 30 et 50 sur, respectivement, la TDS et la CCC.

Pour ceux qui souhaitent savoir quel niveau ils ont sur ultra trail, c’est ici que l’on juge.

Et puis réaliser le tour du Mont Blanc, cela est et restera mythique. Surtout quand la météo est, comme cette année, divine.

AUBIN

Comme chaque année sur les courses de L’UTMB, l’ambiance est exceptionnelle ! Après quelques heures faites de nuit, on retrouve la civilisation et les nombreux encouragements ! Beaucoup de monde sur chaque ravitaillement, c’était top.

Pour ma part j’ai en plus eu la chance d’avoir un groupe d’ami venu me suivre toute la course. Comme le montre une photo, malgré la douleur c’est un grand sourire qui s’affichait chaque fois sur mon visage ! Je crois que je voulais plus finir pour eux que pour moi, ils auront été exceptionnels !

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

Un petit mot sur le matos brubeck.

MELISSA

Sur les deux course  j’avais une tenue Brubeck . Pour la première il faisait chaud, le t-shirt  collant à la peau on ne le sent pas et offre un confort  parfait  .

A la seconde course il pleuvait et le t-shirt evacuait l’eau et donc je ne ressentais pas l’humidité. Et je n’ai eu ni chaud ni froid.

UGO

J’avais le débardeur 3D athletic,  trempé dès le départ avec un orage puis un gros taux ‘humidité, il a séché de lui-même, je ne me suis jamais changé.

J’ai enfilé un coupe-vent au col de la Seigne et à l’arrête du Mont Favre environ 15-20minutes à chaque fois c’est tout.

Au niveau du short idem, aucune gêne du début à la fin. Nous avons fait coudre des poches afin d’emporter du ravitaillement facilement accessible (le sac contenant le matériel obligatoire) et cela s’est révélé être une réussite.

AUBIN

Comme je le dis depuis cet hiver, le matos Brubeck me convient parfaitement, il est top. Je ne saurais dire la matière exacte, mais il y a une réelle sensation de bien-être dedans. Quand on sait qu’en ultra le moindre frottement peut devenir un supplice au bout de quelques heures, il n’y a eu aucun souci avec le matos Brubeck. 

Cerise sur le gâteau, le T-shirt sèche vraiment vite, nous n’avons donc pas cette sensation désagréable de transpiration et de T-shirt mouillé, nous restons au sec toute la course, et ça c’est vraiment plaisant !

                                                       ----------------------------

                                                       ----------------------------

Pour finir quel est ta prochaine course ( 1 er objectif post UTMB ) ?

Mélissa

Prochain défi le triathlon de  saint jean de luz et le  Trail  des mouettes dans 15 jours à Seignosse, ou d’ailleurs brubeck sera présent.

UGO

Je vais retourner à l’Ultra Trail de Cap Town le samedi 30 novembre. J’avais réalisé l’an passé ce 100km avec une entorse, il faut donc conjurer le mauvais sort et y aller en pleine forme !

On court sur Table Mountain c’est assez sympa ! Et les gens là bas aiment viscéralement le sport, c’est une ambiance très joyeuse, je place cette course au dessus de l’Eiger Ultra Trail, du Lavaredo.

Peut-être équivalent à la Transgrancanaria ou les Espagnols sont également assez festifs !

AUBIN

Pour le moment je n’ai malheureusement rien prévu car il va falloir que je guérisse cette fichue blessure qui commence à trainer.

Je pense donc que ma saison 2019 se termine ici. L’objectif va donc être de retrouver un peu de vitesse cet hiver avant de revenir à la compétition en janvier, certainement sur le Trail de la Galinette auquel je participe depuis 3 ans désormais.

Je vous donne donc rendez-vous en 2020 pour une nouvelle saison !